chez le potier

toepfer1

Excursion à la vallée d’Ait Bouilli, à 25 km de nous. Voilà le village rouge des potiers.

toepfer9toepfer2

Nous sommes chez le maâlem, Monsieur Brahim; Maître potier depuis 50 ans!
Il fait des tagines, des pots et bols avec la terre rouge de la region.

toepfer7toepfer3

Dans son petit cabinet sombre, il nous explique son métier et partage son savoir avec nous.

toepfer15  toepfer6toepfer4

Il nous montre les téchniques et nous laisse essayer avec beaucoup de patience.

toepfer11toepfer5   toepfer8 toepfer 13toepfer10

“Comment marche la roue? elle tourne vite, seulement entraîné avec le pied.”

toepfer12

A la fin, nous avons pris un peu de terre pour faire la poterie chez nous à l’école, inspiré par les idées du monsieur Brahim.

toepfern1 toepfern2 toepfer14

Un petit texte écrit après l’excursion. Le Francais est difficile à apprendre pour un élève berbère de neuf ans, qui a du d’abord apprendre l’Arabe et maintenant une deuxième langue étrangère. l
Les textes s’écrivent alors encore comme on les entend, comme on dit les mots, par les sons initials.
A l’école vivante nous encourageons l’expression libre (même avec fautes) avant de corriger trop stricte les erreurs. Ca aide aux étudiants à trouver la joie dans la langue et ca donne confiance à continuer; et souvent, les fautes s’éliminent, avec le temps et les répétitions, par eux-mêmes.

“le jeudi dernier, le 26 avril, on est parti à Ait Bouilli. On a vu le potier de Ait Bouilli et on a fait quelque chose avec lui. moi, j’ai fait une petite tagine et j’ai fait un petit bol.”

Advertisements